food for soul bottura massimo project projecte proyecto projet

À l’heure actuelle, les chefs ont plus de notoriété qu’il y a quelques années grâce, entre autre, à l’impact médiatique de certains produits audiovisuels comme les films, les séries, les reality shows et les concours de cuisine. Après avoir pris conscience de cette reconnaissance et de la responsabilité que cela implique, de nombreux cuisiniers ont initié leurs propres projets de responsabilité sociale, comme par exemple Massimo Bottura et son projet Food for Soul.

Food for Soul n’est pas de la charité, c’est de la culture

L’Osteria Francescana de Massimo Bottura a été nommé meilleur restaurant du monde en 2016, et Bottura a profité de cette rampe de lancement pour faire connaître son projet social « Food for Soul » qu’il avait initié avec l’Expo Milano 2015. Ce projet, malgré son format de cantine sociale, a trait à la prise de conscience et à l’activisme contre le gaspillage de la nourriture et le paradoxe de la faim dans le monde. Food for Soul offre une alimentation saine ainsi que des informations à propos des aliments de saison (en profitant des produits que les supermarchés jettent), dans un cadre agréable et attrayant, avec le but de faire comprendre aux communautés l’importance de la nourriture, d’avoir une alimentation saine et durable, et de transmettre des valeurs comme l’intégration.

Bottura a invité différents chefs à prendre place derrière les fourneaux ou à collaborer au projet (comme par exemple Alain Ducasse ou Ferran Adrià). Il a déjà ouvert des cuisines à Milan, Bologne et, prochainement, il en ouvrira d’autres à Rio de Janeiro, Montréal et peut-être à New York.

D’autres projets de responsabilité sociale

Bottura n’est pas le seul à lutter pour une cause. Ferran Adrià collabore avec Walt Disney afin que les enfants mangent sainement, Ángel León depuis Panthalassa fait de la pédagogie en faveur de la consommation responsable des produits de la mer. Aux États-Unis, il existe plusieurs cas de projets sociaux, comme celui de José Andrés, qui a créé (après l’ouragan Katrina) le World Central Kitchen afin de lutter contre la faim et la malnutrition, ou Daniel Boulud avec ses Citymeals, qui apporte de la nourriture à domicile à des personnes âgées, etc. Il y a beaucoup d’exemples, et c’est une bonne nouvelle, car tous ces projets démontrent que la gastronomie apporte également son grain de sable pour faire de la planète un monde meilleur.

Source de l’image: Food for Soul

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Uso de cookies

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies